Meilleurs Milward Boutons pression 2022

Le cas du processus milward

Le tribunal de district de l'affaire Milward a fait une erreur dans sa décision sur l'affaire Brian Milwards, et le Milwards a fait appel de la décision. Cet article traite des caractéristiques clés des cas, notamment le diagnostic différentiel du Dr Butlers de Brians APL, les études épidémiologiques contradictoires et la décision erronée du tribunal de district.

Dr Butlers Diagnostic différentiel de Brian Milwards APL

Dans son avis médical, le Dr Butler a attribué Milwards APL à l'exposition au benzène. Bien que les plaignants n'aient pas contesté cette conclusion, la défense a fait valoir que Butler n'avait pas exclu des facteurs de risque concurrents. Le tribunal de district n'a pas constaté que cette théorie était convaincante et l'a rejetée. Le tribunal a toutefois reconnu que l'exposition des patients au benzène, bien que potentiellement significatif, ne pouvait pas être la seule cause de sa maladie.

Le tribunal a noté que les études épidémiologiques peuvent être contradictoires. Alors que certaines études établissent un risque accru d'APL après une exposition à certains niveaux de benzène, d'autres n'ont pas montré de risque accru à aucun niveau d'exposition.

Les Milwards soutiennent que le tribunal de district a appliqué la mauvaise norme juridique lors de la détermination de l'étendue du risque relatif. Dans le cas des Pages-Ramirez, une certification des médecins en médecine préventive signifie qu'elle a démontré des compétences en épidémiologie et en recherchant les causes de la maladie. Ce type de médecin analyse régulièrement des problèmes de cause spécifiques. Bien que le juge ait défini le Dr Butler pour un manque de rigueur épidémiologique, la majorité de l'affaire minimise ces commentaires et joue sa réticence à analyser la littérature épidémiologique contradictoire.

La décision des tribunaux de district a rejeté la théorie du Dr Butlers selon laquelle Brian Milwards APL a été causé par l'exposition au benzène. Le tribunal de district a conclu que l'opinion des majordomes était erronée et manquait de mérite scientifique. Il a également constaté qu'il n'avait aucune expertise en épidémiologie, faisant de son diagnostic d'exposition au benzène une erreur et un abus de pouvoir discrétionnaire.

Le premier circuit a critiqué l'approche atomistique des tribunaux de district pour examiner les preuves. En règle générale, les tribunaux de Daubert examinent des éléments de preuve scientifiques individuels, mais pas dans ce cas. Au lieu de cela, le RMSE Third Manual adopte une approche plus nuancée pour discuter de Milwards APL. Il reconnaît qu'il peut être difficile de produire des résultats statistiquement significatifs dans des cas de maladies rares.

La décision erronée des tribunaux de district

Dans le processus de Milward, la décision des tribunaux de district sur le causalité générale était fondée sur un raisonnement erroné. Le tribunal de district n'a pas examiné la pertinence de la jurisprudence qui renforce la capacité des experts à établir un lien de cause. Cependant, l'analyse erronée des tribunaux de district n'a pas rendu la plainte pour la décision des tribunaux de district invalide.

L'argument principal de Milwards est que le tribunal de district n'a pas appliqué la norme juridique correcte pour déterminer si le Dr Butler a été qualifié pour témoigner. Bien que ce ne soit pas la seule raison pour laquelle le tribunal de district n'a pas appliqué la norme appropriée à Milward, c'est une considération importante. Le tribunal de district n'a pas analysé l'approche du risque relatif, qui s'appuie sur une variété d'études épidémiologiques pour établir une causalité spécifique.

Le demandeur-appelant a été exposé au benzène par le biais de son travail de tuyauteur et technicien en réfrigérateur depuis plus de trente ans. Lorsqu'il a reçu un diagnostic de leucémie promyélocytaire aiguë en 2004, il a poursuivi l'accusé en alléguant que ses produits l'ont poussé à développer la maladie. Cependant, le tribunal de district a exclu l'expert général des plaignants de l'affaire, déterminant à tort que l'exposition au benzène était la cause de la maladie.

Bien que le témoignage des cranors et le témoignage d'autres témoins experts des plaignants en procédure de Milward aient été exclus par le tribunal de district, la Cour d'appel a infirmé cette décision et renvoyé l'affaire avec des instructions selon lesquelles les avis de témoins experts des plaignants soient admissibles. La Cour d'appel a conclu que le témoignage des experts devait être basé sur une méthodologie solide.

Alors que le tribunal de district a rejeté le diagnostic différentiel des majordomes, il a rejeté l'argument des plaignants selon laquelle l'opinion des experts n'était pas fiable en raison d'un manque d'études pertinentes. Le tribunal de district a également souligné que certaines études posent une corrélation entre l'exposition au benzène et l'APL. Les tribunaux de district ont rejeté à tort cette théorie comme illégitime.

Cependant, le jugement erroné des tribunaux de district dans le processus de Milward a été rendu encore plus troublant par le fait que le demandeur n'a pas contesté cette décision en appel. Ainsi, la cour d'appel a supposé à tort que la décision était solide et a contourné une discussion plus approfondie sur la question.

L'appel de milwards

À première vue, les faits de cette affaire ne semblent pas bons pour les Milwards. Premièrement, ils n'ont pas prouvé que l'exposition au benzène était la seule cause de la leucémie de Brian Milwards. Bien que le tribunal de district ait rejeté le témoignage d'experts de Milwards faisant valoir que le benzène était une cause de la leucémie de Milwards, le tribunal a finalement décidé que les preuves présentées par les Milwards étaient insuffisantes pour étayer la réclamation.

L'appel a été déposé contre la décision par le tribunal. La décision a été prise par le premier circuit et reste à contrôler dans ce circuit. Cependant, ses implications résonneront sûrement tout au long du système de responsabilité du produit. La controverse provient de l'approbation des premiers circuits d'une norme de poids de preuve pour évaluer la fiabilité des témoignages d'experts concernant la causalité générale. Cette norme contraste fortement avec la loi de Daubert adoptée dans la plupart des circuits.

Les avocats de Milwards ont fait valoir que la méthodologie du Dr Butlers était solide et qu'elle comptait sur des études d'un niveau élevé. Le fait qu'elle n'ait pas considéré chaque étude n'était pas fatale, ont-ils soutenu. Néanmoins, le tribunal de district a obligé l'expert pour expliquer pourquoi elle s'est appuyée sur certaines études et n'en a pas pris en compte d'autres.

Dans son témoignage, le Dr Butler a également témoigné qu'il n'y a pas de niveau sûr connu d'exposition au benzène. Elle a expliqué qu'en analysant les mécanismes biologiques et physiopathologiques, le benzène augmente le risque d'APL pour chaque exposition supplémentaire. Cependant, cette théorie a été rejetée par le tribunal de district, malgré le fait que les Milwards n'ont pas contesté les conclusions.



Marie-Josee Rousset


gerante de mercerie chez CERISE

titulaire du DIU MJPM, j'ai repris en 2019 une mercerie pour mon plus grand bonheur....RECONVERSION REUSSIE....
Création et gestion d'une boutique en ligne de mercerie et laine. Teinture artisanale de laine.

📧Email | 📘 LinkedIn